top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurElpidio Pezzella

Eloignez-vous de la présence de l'Eternel

Et Jonas se leva pour s'enfuir à Tarsis, loin de la face de l'Eternel. Il descendit à Japho, et il trouva un navire qui allait à Tarsis; il paya le prix du transport, et s'embarqua pour aller avec les passagers à Tarsis, loin de la face de l'Eternel.

Jonás 1:3

Jonas reçut l'ordre de se lever et d'aller à Ninive, la grande ville, capitale du puissant royaume d'Assyrie, ennemi et envahisseur d'Israël. Les Assyriens avaient conquis et détruit Samarie, la capitale du Royaume du Nord, en 722 av. Leur politique d'invasion et de domination était connue. C'est pourquoi Ninive était le symbole de l'oppresseur, l'ennemi par excellence; ce n'est pas seulement une ville païenne, mais un lieu de pouvoir qui s'oppose à Dieu. Ninive était située sur les rives du Tigre, en Mésopotamie, et plus précisément près de l'actuelle Mossoul, dans le nord de l'Irak. Le prophète se lève à la parole du Seigneur, mais l'ignore avec une fuite dans la direction totalement opposée. Ninive était située à l'est de Jérusalem, tandis qu'il s'enfuyait à l'ouest, vers Tarsis, située selon certains dans le sud de l'Espagne, alors identifiée comme le bout du monde. On prétend qu'il pourrait s'agir de Tarse de Cilicie (dans l'actuel sud de la Turquie), la ville qui donnera naissance à l'apôtre Paul, où peut-être avait-il des amis et des parents qui pourraient l'héberger. En 1773, cependant, la découverte dans une ville proche de Cagliari d'une gravure portant le nom de "Tarsis" confirma qu'il s'agissait d'un port sur la côte méditerranéenne, et presque certainement en Sardaigne.


Le prophète est trop conditionné par le ressentiment envers les Ninivites et, une fois relevé, il opte dans la direction opposée. Le texte nous dit qu'il ne s'éloigne pas de Ninive, mais de la présence de l'Éternel. Il en est de même pour nous, chaque fois que nous sommes en désaccord avec les Écritures, lorsque nous nous dérobons à notre engagement moral et spirituel. Répondre au commandement divin est notre sacro-sainte responsabilité. Nous cherchons plutôt nos justifications, et pour elles nous pourrions comprendre l'attitude du fils d'Amittai, prêt lui aussi à faire un effort économique pour ne pas changer ses idées, animé par le ressentiment envers un peuple envahisseur, objet de l'attention miséricordieuse de Dieu. Chaque jour, il y a ceux qui, comme Jonas, tournent le dos à leur "prochain" (quel qu'il soit) et s'éloignent de ses responsabilités, choisissant la mer et un navire comme échappatoire, en réaction à une action subie, une retraite qui amplifie votre douleur en faisant taire tout le reste. Il n'y a pas toujours de douleur déclenchante, souvent on peut être victime de sa propre paranoïa. Mais il faut compter avec Dieu, et sa miséricorde inacceptable, qui ne lâche rien, n'accorde pas de trêve à ceux qui rechignent ou tentent d'endormir leur conscience. Nous pouvons être convaincus que nous sommes loin quand il est plus proche que nous ne l'imaginons.


La capitale assyrienne est comme le géant Goliat qu'il faut affronter et qui fait peur à tout le monde. La peur est une compagne silencieuse lorsque nous fuyons et refusons d'être qui nous sommes. Le prophète est bouleversé, il sent le poids d'une mission qu'il ne partage pas et tente d'échapper aux responsabilités, mais il va bientôt devoir découvrir qu'on ne peut pas échapper à Dieu, surtout quand Il n'accepte pas que nous restions indifférents au besoin qui nous entoure. Le navire a décollé, Jonas dort, espérant que rien ne le réveillera. Mais le vent et la tempête menacent le voyage du fugitif. Le verbe "déchaîner" contient l'idée de la force déployée par le Seigneur, qui conduit à "une grande tempête". Le vent aurait dû suffire à ramener le prophète sur ses traces. L'histoire d'Elie fuyant sur la montagne devait lui suggérer ce qu'était ce vent violent (1Rois 19:11). Le contexte du navire orageux en est la preuve, nous offrant même le paradoxe de marins tentant de sauver la vie de l'apathique Jonas. Le prophète s'était échappé, faisant taire sa vocation d'abord, puis sa foi. Les marins "effrayés", au contraire, prient, accrochés au canot de sauvetage de la foi. Les disciples sur le lac ont été réprimandés par le Maître qui a qualifié leur peur de manque de foi.


Cher ami, si vous planifiez une escapade à Tarsis, loin de la présence de l'Éternel, j'espère que cette réflexion a suffi à vous faire changer d'avis et à revenir sur votre décision. Il est peut-être temps d'ouvrir les yeux et de réaliser qui est à nos côtés, qui est Celui qui nous a appelés à le servir. «Où irais-je loin de ton esprit, Et où fuirais-je loin de ta face? Si je monte aux cieux, tu y es; Si je me couche au séjour des morts, t'y voilà. Si je prends les ailes de l'aurore, Et que j'aille habiter à l'extrémité de la mer, Là aussi ta main me conduira, Et ta droite me saisira» (Psaume 139:7-10). Fuis juste ! Il est temps d'aller à Ninive qui nous attend.


 

Plan de lecture hebdomadaire

de la Bible n. 29

11 juillet Psaumes 1-3; Actes 17:1-15

12 juillet Psaumes 4-6; Actes 17:16-34

13 juillet Psaumes 7-9; Actes 18

14 juillet Psaumes 10-12; Actes 19:1-20

15 juillet Psaumes 13-15; Actes 19:21-41

16 juillet Psaumes 16-17; Actes 20:1-16

17 juillet Psaumes 18-19; Actes 20:17-38



3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page