top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurElpidio Pezzella

Préfère perdre un enfant tant qu'il vit

Alors la femme dont le fils était vivant sentit ses entrailles s'émouvoir pour son fils, et elle dit au roi: Ah! mon seigneur, donnez-lui l'enfant qui vit, et ne le faites point mourir. Mais l'autre dit: Il ne sera ni à moi ni à toi; coupez-le!

1 Rois 3:26

Nous sommes choqués chaque fois qu'un parent tue un enfant, et quand la mère le fait, nous sommes encore plus choqués; nous ne pouvons pas comprendre comment celle qui a généré cette vie peut lever le bras pour y mettre fin, comme cela est arrivé ces derniers jours à la petite Elena dans la province de Catane. J'ai appris que plus de 480 enfants sont morts aux mains de leurs parents en vingt ans en Italie (2 par mois): six sur dix aux mains de la mère (source Ansa). On reste étonné... en quête d'explications plausibles, qu'ils ne peuvent rien faire pour redonner vie à ceux qui avaient parfaitement le droit de grandir et de jouer. Ce dernier épisode, qui a tant fait parler de possession, m'a rappelé l'incroyable texte de cette méditation, une femme capable de mentir jusqu'à risquer la vie d'une créature au prix de rester mère ou pire, de ne pas le faire. rester sur l'autre non plus. Parcourons-le rapidement.


Deux femmes vivaient sous le même toit et partageaient la joie d'avoir récemment donné naissance à un enfant. Malheureusement, pendant la nuit, l'un des bébés est mort étouffé par le poids de la mère, qui lorsqu'elle s'en est aperçue l'a échangé avec le fils de l'autre. Quand elle a vu l'échange, ils ont commencé à se quereller, se disputant l'enfant vivant. Chacun d'eux a affirmé que l'enfant était le sien. C'est ainsi qu'ils recoururent au sage roi Salomon qui, après avoir écouté les parties, eut une idée: couper le bébé en deux parties égales, une pour chacune d'elles. Le premier fut immédiatement d'accord et d'un ton glacial convenu. Si je ne peux pas l'avoir, alors rien pour personne. Un peu comme des parents qui se séparent et décident de priver l'autre de cet enfant. La deuxième femme, cependant, a supplié de ne pas faire de mal à l'enfant et de le remettre à l'autre femme. Le véritable amour est capable de se priver d'un enfant pour le protéger et lui donner un lendemain. Dans cet épisode, nous voyons comment l'envie, l'égoïsme et l'instinct de possession ne prêtent pas attention à la sauvegarde de la vie d'un innocent.


De l'autre côté de la scène, nous avons Salomon, appelé à son premier exercice de sagesse avec deux malheureux, victimes de leur propre condition, car ils étaient probablement des esclaves (telles étaient alors les prostituées). Deux jeunes, comme la maman de la petite Elena, qui se retrouvent à gérer la pire des crises maternelles: la mort d'un enfant. Peut-être sont-ils si jeunes qu'ils ont à leur tour besoin d'une mère. Leur désespoir est une sorte de duel entre la vie et la mort. Cette lutte doit susciter en nous compassion et miséricorde pour limiter les dégâts de l'enfant contesté. Aujourd'hui, nous avons des services sociaux, des tribunaux, et malgré cela, des paroles et des larmes se répètent chaque jour parce qu'on n'a pas fait assez ou qu'on n'a pas fait à temps. Salomon est l'arbitre du différend, et la sagesse qu'il avait demandée à Dieu se manifeste par une solution paradoxale mais qui atteint le but de révéler la vérité. Salomon avait peut-être formulé la plus belle prière jamais adressée à Dieu: «Accorde à ton serviteur un cœur intelligent» (3:8), et maintenant il pourra entendre battre le cœur de l'enfant contesté et lui sauver la vie, car intelligent c'est savoir écouter !


L'histoire d'abord dramatique offre un éclair d'émerveillement, le choix du roi est le plus sage car c'est celui de la vie. La femme qui est capable de faire passer la vie de l'enfant avant son bonheur, son besoin de possession, serait également louée. Combien de vies merveilleuses pourraient être sauvées si nous pouvions tous nous aimer autant que nous le faisons. Peut-être que de nombreux drames proviennent de parents trop jeunes et pas prêts pour le rôle le plus difficile de l'existence, encore pire lorsqu'ils sont laissés seuls. En tant que communauté, nous devons résister aux tentatives de démolir la famille, mettre en place des digues de formation et d'accompagnement pour tous les couples qui décident de donner naissance à une nouvelle vie, afin que même lorsque les relations sont rompues, ils préservent chaque petit enfant à naître dont la mort, telle que définie par un érudit, c'est toujours une nuit noire de la Bible, de Dieu et de l'homme. Mais il y a pire nuit, et c'est celle qui enveloppe tant de cœurs et que nous ne pouvons ignorer. Derrière cet instinct possessif, il faut envisager une possible "possession". Pourquoi est-ce que je dis ça? Car Martina, la mère d'Elena, a déclaré: "J'avais une force qui n'était pas la mienne, c'était comme si quelqu'un avait pris possession de moi". Dans une salle d'audience, il est compréhensible de tourner le nez et de penser qu'il ne s'agit que d'une tentative de limiter ses responsabilités. Mais un croyant sait bien que les démons existent, et là où ils trouvent de la haine, du ressentiment, du ressentiment, ils ont un hôtel facile. C'est toujours nous qui lui ouvrons la porte.


Comment oublier l'avertissement à Caïn, au sujet du mal qui l'espionnait... (Genèse 4:7). Attention à ne pas nous convaincre de nos positions de justice, capables de mystifier la réalité, comme la fausse mère l'a fait avec Salomon. Enfin, ne cédons pas à la tentation de répondre au mal par le mal, œil pour œil et dent pour dent, car le christianisme est autre chose et l'apôtre Paul savait bien exhorter: «Ne te laisse pas vaincre par le mal, mais vaincre le mal par le bien» (Romains 12:17). Dans ces tristes événements, il faut lire autre chose, à savoir que les enfants appartiennent à tout le monde et à personne, dans le sens où leur vie vaut infiniment plus que les querelles d'adultes.



 

Plan de lecture hebdomadaire

de la Bible n. 26

20 juin Esther 1-2; Actes 5:1-21

21 juin Esther 3-5; Actes 5:22-42

22 juin Esther 6-8; Actes 6

23 juin Esther 9-10; Actes 7:1-21

24 juin Job 1-2; Actes 7:22-43

25 juin Job 3-4; Actes 7:44-60

26 juin Job 5-7 ; Actes 8:1-25


5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page