RECENSIONI

Les dix mots pour tous: les commandements de Dieu à Moïse (Étudier la Parole)

Le texte d'Elpidio Pezzella sur les Dix Mots (dix commandements) est surtout appréciable pour une chose: l'effort pour abaisser la profondeur de ce texte biblique dans une réflexion communautaire plus large qui peut être considérée comme l'un des textes fondamentaux de l'humanité. Réflexions pastorales

(avec des implications inévitables de nature morale) sont à la portée de chaque lecteur, sans renoncer à avoir comme point de départ une analyse correcte et fondée du texte comme le démontre la bibliographie essentielle qui soutient l'essai; sa lecture s'écoule agréablement et ne manque pas de susciter une réflexion utile pour des propos parfois même légèrement provocateurs.

 

Carmine Napolitano
Dean Pentecostal Faculty of Religious Sciences

Les dix mots pour tous: les commandements de Dieu à Moïse (Étudier la Parole)

Des mots infinis, des millions de textes ont suivi au cours des siècles pour décrire et dire la préciosité

est contenu dans les 10 commandements, le texte du pasteur Elpidio Pezzella ne promet pas d'être l'un des nombreux, mais simplement parmi ceux-ci, il a choisi un public non spécialisé, pas savant, simplement "pour tout le monde". Bien que beaucoup ait été dit sur les 10 commandements, la conscience demeure qu'ils contiennent encore une immense infinité pour que nous soyons finis, souvent nous nous sommes limités à en transmettre une nouvelle connaissance mnémonique aux nouvelles générations. Cette connaissance,
quoique discutable, elle se perd lentement et inexorablement, échappant à la prise de conscience que la société contemporaine doit reposer sur ces dix étapes. Le texte que vous trouverez devant vous a décidé d'être des termes fluides, directs et simples d'un écrivain qui a décidé de ne pas se pavaner de connaissances, mais le profond désir de partager un précieux trésor avec
la communauté, presque comme un explorateur qui découvre une mine et sait que pour la creuser, elle a besoin d'aide, pour partager cette magnifique découverte sans avidité. Les phrases du courant sonore de Cicéron, à la recherche de son époque historique, il dit: "Oh mores o tempora", se référant aux temps mauvais dans lesquels il vivait, où les costumes anciens et sacrés des pères étaient devenus sales, aussi anciens que la pensée du plus actuel grand orateur qui a jamais vécu. Les Dix Commandements représentent la solution à cette corruption, afin que la société d'aujourd'hui puisse affirmer en se référant aux enfants de Dieu comme Ramsès l'a dit: «Leur dieu…. c'est Dieu ».

Ismaele La Vardera
Expert en communication, il a collaboré avec plusieurs journaux comme Il Giornale
de Sicile, Siciliaonpress.com, Trinacrianews24.it et bien d'autres

Les dix mots pour tous: les commandements de Dieu à Moïse (Étudier la Parole)

Personne ne se sent exclu. Le dernier effort littéraire d'Elpidio Pezzella n'est pas un texte destiné aux spécialistes mais au grand public. Il a été conçu et considéré comme un livre populaire. L'auteur le souligne à plusieurs reprises dans l'introduction aux «Dix mots pour tous. Les commandements de Dieu à Moïse». Un texte dépourvu de valeur linguistique et stylistique, mais riche en contenu spirituel et, comme on l'aurait dit dans le passé chez les fervents pentecôtistes, plein de repères doctrinaux. Une forme sobre, mais capable d'attirer l'attention du lecteur sur un sujet aussi peu discuté, hélas, connu dans son vrai sens: les Dix Commandements. La valeur historique des dix mots donnés à Moïse est bien connue: films, livres, littérature et performances ont contribué à répandre sa renommée. Mais ce passage biblique est avant tout la Parole de Dieu qui parle au cœur des hommes.

Tout le monde en parle donc, mais l'auteur, citant l'écrivain Georges Andrè, nous fait à juste titre réfléchir sur un point: "" Nous devons nous tenir devant les dix commandements et demander, sérieusement et honnêtement, si, l'un après l'autre, vous pouvez les observer. "

Ici, je crois que l'auteur a répondu à cette question dans ce livre. Il nous a rappelé et démontré que les Dix Commandements sont actuels, toujours valables pour un chrétien. Il l'a fait avec le soutien de la Bible, sans trop de tours de mots, mais avec la "méthode pentecôtiste" classique: lire et analyser le texte, et j'en suis sûr, le tout accompagné de prière. Oui, parce que j'ai trouvé ce livre édifiant. Les dix commandements ne sont ni démodés, ni passés, ni définis. Ils méritent étude et méditation par un croyant. Ce livre est un bon moyen de commencer à le faire et, comme dans mon cas, de le refaire. Mais pas seulement pour se limiter à cela, mais aussi pour les observer.

Elpidio Pezzella, comme il l'a déjà montré dans la conduite de l'émission télévisée diffusée sur Teleoltre "Etudier la Parole", a confirmé sa capacité à commenter clairement la Sainte Bible, avec une méthode d'exposition qui parvient à capter l'attention de la plupart. Cette fois, il ne l'a pas fait à l'écran, mais en nous offrant ce volume. Enfin, je suis d'accord quand l'auteur dans le texte "dénonce" une spectacularisation de la foi et de la spiritualité. Un phénomène qu'il faut réduire. L'antidote à lutter contre cette sécularisation des églises et des croyants est un retour aux sources. Pezzella, avec ce livre, nous a montré comment revenir pour retracer des "voies anciennes".


Alessandro Iovino

Accéder à l'article d'origine

Les dix mots pour tous: les commandements de Dieu à Moïse (Étudier la Parole)

"Les dix mots pour tous: les commandements de Dieu à Moïse" est le dernier livre que j'ai lu. De son frère, ami et pasteur Elpidio Pezzella. Je l'ai lu, je l'ai dit et j'ai prié aussi grâce à ce texte, évidemment accompagné de ma Bible inséparable.

Je le recommande à tout le monde car il aborde un sujet que beaucoup considèrent difficile, obsolète, ou qui, pire encore, n'aurait rien à dire à un chrétien, car, beaucoup, trop nombreux disent, aujourd'hui, "le chrétien a l'Évangile et ça suffit", ou "le chrétien doit simplement aimer".

Des allégations infondées, plus qu'absurdes. Comme si l'héritage d'Israël n'existait pas, comme si Jésus n'appartenait pas, en tant qu'homme, au peuple de l'ancienne alliance.

Comme si Jésus n'avait pas dit "pas un iota de ce livre ne périra", se référant constamment au respect des dix paroles prononcées par Dieu et confiées à Moïse et au peuple d'Israël, et comme s'il était possible de "juste aimer" sans cela «l'amour» ne doit pas se matérialiser dans les gestes, les comportements, les règles, les lois et tout ce qui est cohérent avec les «dix mots pour tous» originaux.

Ce que j'ai le plus aimé dans ce livre, c'est la simplicité argumentative qui ne passe jamais, cependant, au néologisme, la "simplicité", qui rend toujours et en tout cas la profondeur du texte biblique, qui renvoie et pousse à l'approfondissement des "mots". , qui propose de nouvelles pistes à lire.

La Bible s'explique avec la Bible et avec la foi de l'écrivain et du lecteur et la prière.

On voit que le livre est écrit par un berger, par un homme, pour le mettre avec une célébrité de notre temps "qui sent comme le mouton", mais encore plus, je dis, par un homme qui essaie d'apporter le parfum du Christ à ses frères et sœurs, que l'Éternel lui a confiés.

Avec cette écriture, mais aussi avec son discours (puisque j'ai eu l'occasion et la chance de le rencontrer et de l'écouter lors de la conférence IFED en septembre dernier) je vous assure qu'Elpidio s'en sort très bien!

Luca Zacchi

 

La parrhesía dans les premières communautés chrétiennes selon le livre des Actes

La parrhésie: c'est la franchise, parler clairement, tout dire, ne pas omettre la vérité, dire "oui, oui, non, non", en évitant le plus qui vient du mal, dit Jésus.

La parrhésie: ce n'est pas seulement cela, non seulement un devoir du croyant, mais aussi une grâce, une capacité qui est le fruit du don de l'Esprit, cet Esprit qui vous enseignera, enseignez-nous, tout ce que nous avons à dire, il est bon de dire, quand nous sommes interrogés, et même quand nous ne le sommes pas, car nous avons encore le devoir, avec parrhésie, de rendre compte de l'espérance qui est en nous.

Être ouvert à la parrhésie est un devoir de la communauté chrétienne, qui doit être disponible pour être rempli par l'Esprit, à travers une écoute fidèle et constante de la Parole de Dieu.

Vittorio Subilia, théologien vaudois dont j'ai étudié soigneusement les travaux en préparant ma thèse de doctorat (jamais discutée) pour la Faculté de théologie vaudoise, dans son ouvrage sur le protestantisme (1966, n ° 1, p. 10) a dû identifier problème d'une déférence de l'Église envers le monde qui finit par se matérialiser dans un "conformisme paradoxal à l'incrédulité".

Sans la déférence envers l'Esprit, sans l'ouverture à la parrhésie requise par la Parole de Dieu, l'église finit par désobéir à son Seigneur, ce qui est écrit au chapitre 12 de la lettre aux Romains.

"2 Ne vous conformez pas à ce monde, mais transformez-vous par le renouvellement de votre esprit, afin que vous sachiez par expérience ce qu'est la volonté de Dieu, la bonne, la bienvenue et la parfaite volonté".

Vittorio Subilia était un prophète facile, entrevoyant la dérive initiale que son église, l'église vaudoise, de nombreuses églises et croyants (pas seulement vaudois) commençaient à prendre au cours de ces années, se conformant paradoxalement de plus en plus à ce monde que la Parole invitait à répudier.

La parrhésie doit être dans le monde mais pas dans le monde. C'est connaître le monde, l'aimer, prier pour lui, pour sa conversion, mais ne jamais s'allonger, adapter ou même approuver sa logique!

Il ne s'agit pas de "surprendre le monde avec des effets spéciaux" mais simplement d'être des hommes et des femmes, des croyants, des chrétiens, avec une grande fidélité. Fidélité à la Parole de Dieu, franchise dans l'annonce de la Parole de Dieu, toutes et sans remises.

Luca Zacchi

 

Le vigneron et le figuier: tout le monde a besoin de fumier

Tout le monde a besoin de fumier. Vous avez bien compris (et lu). C'est ce qu'a déclaré Elpidio Pezzella, auteur à multiples facettes de livres de construction chrétienne, pasteur évangélique et présentateur de télévision pour le diffuseur "Téléoltre".

Ne pensez pas que c'est une provocation, au contraire. Le sujet est sérieux, très sérieux.
Dans son dernier effort "Le vigneron et le figuier" (le texte est disponible sur Amazon) Elpidio Pezzella nous a proposé une éude de l'exégèse du Nouveau Testament qui mérite toute la plus haute considération.
Comme dans les volumes précédents déjà publiés, et comme pour les émissions télévisées très réussies qu'il a mené, Pezzella ne renonce pas à la vulgarisation, avec une approche spécifique qui lui permet de parler à tout le monde, aux universitaires et aux simples lecte .

La parabole considérée est analysée et méditée sous tous ses aspects. Et comme prévu dans l'ouverture, je trouve stimulant de m'attarder sur cet aspect du fumier.
Pour n'offenser personne, pour l'amour du ciel, mais l'Auteur précis que parfois, venez l'A fait le vigneron, nous devons être fécondés. Et notre santé spirituelle en bénéficiera.

Auteur encourager clairement chacun à se confier à Dieu, à se "féconder" et à travailler d'en haut.
Et chacun de nous, à son tour, doit apprendre à être un bon vigneron pour être fidèle à Dieu.

Alessandro Iovino

Le vigneron et le figuier: tout le monde a besoin de fumier

Chacune des paraboles proposées par le Seigneur contient des implications et des applications possibles pour notre vie, si nous permettons aux mots de nous révéler sa volonté. La plupart des méditations sur la parabole de Luc 13: 6-9 ont focalisé l'attention sur le figuier et sur le fait qu'il ne porte pas de fruits, ce qui en fait le paradigme d'une foi qui ne manifeste pas d'œuvres dignes du christianisme. Ce texte suit un chemin différent qui n'ignore pas le figuier, mais l'observe par rapport au vigneron: objet principal des réflexions proposées. L'auteur, Elpidio Pezzella, est attiré par le figuier de la parabole et le comportement du vigneron et, en les repensant, il rencontre l'attention de ceux qui ressentent le besoin de répandre de l'engrais sain sur tous les arbres du vignoble.

Luca Zacchi

Facebook Netiquette: pour une utilisation "chrétienne" de la plateforme sociale la plus répandue en Italie

En avril de cette année, j'ai acheté un petit livret du frère pasteur Elpidio Pezzella sur Netiquette d'Amazon (à partir du réseau anglais, "réseau" et de l'étiquette française, "bon comportement dans la société", "étiquette"), appliqué d'une manière particulière aux chrétiens qui se comparent aux autres, chrétiens et non-chrétiens, sur le net, notamment sur les réseaux sociaux, notamment Facebook, en quelque sorte le «prince» des réseaux sociaux généralistes.

Quelqu'un l'a appelé un pamphlet, pour son être court et concis. En effet, l'auteur se concentre sur l'essentiel pour le chrétien sur le net, qui est de se comporter dans le monde virtuel avec les mêmes précautions et attentions avec lesquelles le chrétien confronte les autres dans le monde réel. Ni plus ni moins. A tel point qu'à la fin du livret, une sorte de décalogue sommaire a été défini qui rappelle les dix mots du Sinaï d'une manière agréable et originale.

Ceux-ci ont trouvé l'éthique humaine, avant Christian. Les dix règles sociales d'Elpidio se limitent beaucoup plus modestement à rappeler au chrétien qu'il est une créature appelée à toujours suivre cette éthique.

Qu'il soit en ligne ou non, le chrétien est en fait un homme d'éthique plutôt que d'étiquette! Un homme avec une éthique qui l'accompagne à chaque pas. Un homme qui suit des principes, et qui sait que ceux-ci trouvent leur raison d'être ultime, leur fondement, leur pierre angulaire dans le Christ Jésus et son Évangile.

Par conséquent, si c'est une bonne chose d'être sur Facebook, de se comparer sur les réseaux sociaux, car cela fait partie de notre être dans le monde, c'est une bonne et bonne chose de le faire sans être du monde, en montrant également votre diversité sur le net, sans peur, sans peur.

Il pensera, le moment venu, à séparer le bon poisson du moins bon ...

 

Luca Zacchi

 
 

Jonas et la miséricorde inacceptable de Dieu

C'est un livre à lire et à relire Jonas, ces jours-ci, pour cette génération, fortement tentée de se passer de Dieu, de rendre justice pour son usage et sa consommation, d'en absoudre certains, toujours les mêmes, et de condamner les autres, toujours les mêmes, à la recherche de leur volonté et de leurs desseins, au lieu de s'engager pour que la volonté de Dieu se fasse.

"Pas comme je veux, mais comme tu veux!": Dans quelle mesure pouvons-nous le dire, le croire, travailler dans ce sens?
Nous lisons et relisons le prophète Jonas, deux pages et un petit changement de nos Bibles, mais aussi denses que peu, et qui contiennent en quelques lignes tout ce que nous devons savoir, lus à la lumière du Christ et de l'Evangile.

Le livre du pasteur Elpidio peut être un précieux guide dans ce sens.
Pour l'attention qu'il consacre à la signification théologique et pastorale de l'histoire du prophète Jonas, ou du personnage Jonas, et pour la mise à jour de celle-ci et du message du livre qui porte son nom pour le croyant du Nouveau Testament et pour le croyant ces derniers temps.

Le lien constant que l'auteur établit entre l'Ancien et le Nouveau Testament est l'une des choses que j'ai trouvées les plus intéressantes dans cette œuvre. Et très utiles sont les trois pages de bibliographie, à la fois sur papier et en ligne, que le pasteur Pezzella fournit à la fin du travail.

Luca Zacchi

Jonas et la miséricorde inacceptable de Dieu

La miséricorde inacceptable de Dieu (Amazon, 2016 - 123 p.) Propose un excursus à travers le livre biblique dédié au prophète le plus réticent, "un texte qui - explique Pezzella - comme chaque livre biblique a eu un message éclatant en son temps et continue de parler à ceux qui croient ou essaient de croire ». Jonah, rappelle Nicola Palmieri dans l'introduction, était considéré par Luther comme "un saint ennuyeux et lourd qui est en colère à cause de la miséricorde de Dieu pour les pécheurs", et malgré ses limites, il n'est pas renvoyé par Dieu qui plutôt "continue de le suivre" ; en parallèle avec l'expérience de chaque être humain, Pezzella décrit l'approche de Dieu, qui "n'échappe jamais à la discussion" avec nous sans se livrer à nos caprices ou à notre fermeture mentale. Jonah, rappelle Pezzella, parle de la relation avec l'étranger, de la tentation de l'individualisme, de la bulle de sécurité dans laquelle nous vivons aujourd'hui: dans "un mélange d'analyse exégétique et de réflexions pastorales", l'auteur traite le texte en six étapes qui a marqué l'expérience du prophète, du départ de Dieu à l'obstination de Dieu qui "surmonte la résistance", des doléances de Jonas au sens du ricin, de "traiter avec celui qui se prépare" au "signe de Jonas" : une lecture imprégnée de la perspective missionnaire à laquelle chaque croyant devrait se sentir appelé.

Paolo Jugovac, evangelici.net

Jonas et la miséricorde inacceptable de Dieu

"Jonas, la miséricorde inacceptable de Dieu" d'Elpidio Pezzella a l'avantage d'amener le lecteur dans un espace libre de toute rhétorique exégétique. Se retrouver avec une histoire à venir, comme cela arrive souvent avec tout récit biblique, est le meilleur qui puisse arriver. Pour faire "parler" le texte, on ne peut nier les silences et les vides précieux, fondements de chaque histoire qui, comme le souligne ce volume, sont des ravins inattendus, des lumières soudaines. Les voyages de Jonas sont analysés comme un prototype d'une humanité qui s'enfuit et part du plan de Dieu. Le prophète Jonas est le prophète désobéissant, le plus proche de notre fragilité commune, qui reconnaît la demande divine comme "inacceptable". Pezzella dépeint sans délai l'échec d'une relation, celle de l'homme avec son Dieu, le désir de voyager comme hypothèse d'émancipation, pour échapper à la peur du commandement de Dieu. La miséricorde de Dieu poursuit le prophète en préparant une route pour l'homme addictif, incroyable, extraordinaire, fantastique. Plus l'homme s'éloigne, plus un script inquiétant est articulé, dans lequel Dieu a toujours le rôle du Sauveur. Merci d'être descendu grâce à ce texte un peu plus dans le mien et dans notre abîme.

 

Salvatore Manzi

 

Élie et Élisée

Élie et Élisée. La vie au milieu de la mort (Amazon, 2017 - 166 p.) Tente de cadrer «la pertinence des figures bibliques qui ne se sont jamais fanées», en vue d'une vocation qu'en tant que chrétiens »nous sommes appelés à vivre simultanément devant Dieu et les hommes "À une époque où les Achab et les Jézabel ne manquent pas." L'expérience d'Élie et d'Élisée, note Pezzella, "a une relation personnelle, permanente et durable avec Dieu à sa base, elle ne vit pas d'éventualités ou de moments extraordinaires." Eliseo, explique Pezzella, dans les différents moments de leur vie, ils assument leurs responsabilités envers leur génération et transmettent leur vocation; leur principal engagement est de "servir le Seigneur", "de le faire apparaître vivant, de le faire voir présent dans sa propre vie. Si c'est le paramètre pour évaluer l'Élie, il sera très simple de comprendre qui sert le Seigneur et qui, à la place, n'utilise le nom que sur les lèvres. "

Paolo Jugovac, evangelici.net

 

Studiando la Parola

4135mpj78FL._SX398_BO1,204,203,200_.jpg

Ho terminato la lettura del primo volume della collana "Studiando la Parola" a cura del fratello pastore Elpidio Pezzella, da sempre impegnato nella predicazione biblica, in un modo che trovo semplice ma profondo, al quale mi sono così legato che spesso e volentieri mi presto come lettore/revisore/divulgatore dei suoi testi. Il primo volume, corredato (come lo sarà tutta la collana) da sussidi audio e video su Youtube e sulla rete, tratta del mondo della Bibbia. Come è giusto che sia. Il nostro Dio è un Dio Persona, un Dio che si fa conoscere, che si rivela ad un popolo, un Padre che elegge questo popolo, Israele, per i suoi piani, che suscita in questo sacerdoti, profeti e re, che alla fine si incarna in esso, attraverso il "sì" di Maria di Nazareth nella persona del Figlio, vero Dio e vero uomo, che lo ricolma dei suoi doni tramite il soffio dello Spirito Santo. Perciò è importante conoscere tempi, modi, condizioni di tutto quanto Dio ha compiuto nel mondo umano. Così, i primi sette capitoli di questo primo volume dell'opera illustrano, aggiungo in modo egregio e con la chiarezza propria dell'autore, il mondo biblico, Antico e Nuovo Testamento. L'ottavo ed il nono capitolo si occupano di descrivere il processo di formazione del canone, anzi, dei diversi canoni accolti nelle confessioni cristiane, illustra i diversi generi letterari dei libri della Scrittura ed infine si occupano delle questioni teologiche della necessità della Sacra Scrittura e della sua ispirazione. Mi sento di consigliare tranquillamente questo libro, che ha anche il pregio di essere molto economico all'acquisto, a tutti quegli operatori pastorali che stanno programmando corsi di introduzione alla Scrittura, o alla Lectio Divina o a tematiche affini.

Per l'ennesima volta, i miei complimenti ad Elpidio!

Per ordinarlo clicca qui

____

Fonte: https://lucazacchi.blogspot.com/2020/03/studiando-la-parola-volume-i-la.html

EP.png

À propos de moi

Pour répondre à l'aspiration et au désir de tant de croyants honnêtes de faire passer en contrebande les talents reçus, je me suis engagé à former des hommes et des femmes fidèles à "un service qui sert", suite à l'invitation de Jésus (Mt 20,26-27). Le matériel proposé vise à offrir des opportunités de formation et de croissance personnelle à ne pas craindre pour les autres, mais un partage pour grandir ensemble, loin de la controverse, des accusations et de toute forme de jugement visant à alimenter des désaccords et des différends inutiles. J'essaye!

Social

  • social-media (1)
  • cinguettio
  • Instagram
  • Youtube

Podcast

  • Google_Podcasts_Logo
  • Deezer Icona sociale
  • 5e31c832a5bba.image
  • RSS Icon sociale
  • download

Contactez nous